HITMAN : Blood Money

 SOURCE: GameKult

Tueur né

Comme le laissent deviner sa coupe de cheveux inoxydable et son style vestimentaire à jamais figé, il y a des choses qui ne changent pas pour l’agent 47. Doté d’un don certain pour le meurtre de sang froid et, paradoxalement pour un tueur à gages, d’une éthique professionnelle irréprochable, il continue dans ce nouvel épisode à assassiner avec une grande aisance les divers rebuts de l’humanité qui font office de cibles dans les contrats que l’Agence veut bien lui confier. Criminels, pédophiles, chefs de gang ou organisateurs véreux, tous auront dans ce nouvel épisode des raisons de craindre le chauve le plus charismatique du jeu vidéo, plus que jamais prêt à supprimer des vies pour gonfler son compte en banque. Cette fois-ci, l’argent récolté pour chaque mission réussie pourra être utilisé de plusieurs manières : pour acquérir et améliorer sensiblement l’arsenal emporté par le héros, pour se payer des informations sur les prochains objectifs ou plus simplement pour acheter le silence de témoins gênants ou de la police. Sur le lieu d’un contrat, l’agent 47 peut désormais être repéré par des témoins durant un meurtre ou filmé par une caméra de surveillance sur les lieux du crime ; s’il ne se charge pas de rectifier le tir, en supprimant les témoins ou en subtilisant la cassette prouvant la présence d’un chauve taciturne dans les environs, sa notoriété ira naturellement en augmentant, emmenant avec elle pas mal de soucis gênants. Le concept, introduit dans ce volet, rend sur le papier les choses délicates pour les joueurs les plus bouchers, ceux qui préfèrent nettoyer tout un étage plutôt que leurs traces quand il s’agit d’approcher une cible. En pratique, l’intérêt de la chose reste toutefois relatif : d’un côté, faire diminuer la notoriété ne coûte pratiquement rien face aux sommes engrangées à la réussite d’un contrat, fût-il entaché de dizaines de morts, et de l’autre l’influence des témoins incite à n’en laisser aucun… et donc à ne pas faire de détails quand l’agent 47 se fait remarquer. Autant dire que l’idée, finaude au demeurant, manque complètement sa cible ; reste un joli tableau de statistiques à chaque fin de niveau, couplé à un article de journal assez réussi qui résume les faits.

me00006932531.jpg

Du coup, ce nouveau Hitman se joue finalement de la même façon que les autres : comme on veut. En quatre épisodes, la recette n’a pas fondamentalement changé, elle s’est juste enrichie et elle devient avec Blood Moneyparticulièrement onctueuse. Chacune des treize missions, aux environnements et aux défis bien variés, commence en fait de la même manière : muni de quelques objectifs à la description très concise, on se retrouve littéralement lâché dans un endroit inconnu, truffé de pièges de toute sorte et sans aucune idée (ou presque) de la marche à suivre. Il va falloir tâtonner, se tromper, déclencher deux-trois alarmes et éventuellement recommencer la mission dans son entier pour imaginer peu à peu un plan et tenter de le réaliser. Comme les habitués de la série le savent déjà, le dépaysement en tout début de mission est tout à fait normal et traduit justement la grande liberté accordée au joueur sur la méthode à adopter : de l’approche de la cible à son exécution, de la neutralisation des gardes du corps et des alarmes en passant par le maquillage des preuves, tout ou presque dans le jeu peut être effectué de plusieurs manières différentes, suivant l’envie et les éléments repérés, suivant aussi les endroits que l’on parvient à atteindre et les limites morales que l’on s’impose. Certains joueurs préfèreront ainsi s’inviter dans une mission les mains vides, pour y éliminer les cibles et elles seules, en ne laissant aucune trace, aucun indice de leur passage ; d’autres, moins perfectionnistes, s’accorderont bien deux-trois dommages collatéraux et n’hésiteront pas à user d’une bruyante arme à feu pour réussir leur contrat, tout en préparant leur fuite afin d’éviter de se faire pincer ; quant aux derniers, les moins patients, ils feront le moins de détails possible, en dézinguant à tout va si les choses partent en vrille quitte à perdre un peu d’argent entre les missions. Entre ces trois profils un peu opposés, toutes les nuances sont bien entendu possibles et c’est là tout le talent de Io Interactive, depuis déjà quelques années.

Paiement en liquide

Mais si Hitman : Blood Money ne révolutionne pas le concept, il l’affine encore en offrant à chacun des styles de jeu de nouvelles manières de s’affirmer et en fluidifiant surtout le gameplay sans doute un peu guindé de la série, à l’image de son héros. Doté de nouveaux mouvements aussi naturels pour un tueur à gages que faciles à placer, l’agent 47 peut désormais neutraliser au corps-à-corps un personnage conscient de sa présence sans forcément lui vider son chargeur dans le bide, en lui mettant par exemple un coup de pied ou de tête s’il n’est pas armé, ou en lui prenant des mains son pistolet s’il l’est. En cas d’urgence, quand un témoin apparaît plus tôt que prévu dans l’encadrure d’une porte par exemple, on peut ainsi – plutôt que de reprendre une sauvegarde, ou de voir l’alarme se déclencher si on lui tire dessus – lui casser doucement le nez et l’inviter à rejoindre l’autre cadavre dans un coin. De la même manière, les poubelles et les bennes, souvent placées près d’un homme à abattre mais pas toujours, peuvent être utilisées (enfin !) afin d’y camoufler un macchabée, sans crainte de le voir découvert quelques minutes plus tard. Enfin, et c’est sans doute le plus important, le héros dispose de toute une panoplie d’actions supplémentaires pour se mouvoir dans l’espace : saut au dessus d’un mur, par l’entrebaillement d’une fenêtre ou d’un balcon à l’autre, escalade d’une gouttière ou petit tour le long d’un rebord, l’agent 47 peut user de son irréprochable condition physique pour s’introduire un peu partout et échapper à la vigilance des gardes qui ne manquent pas de patrouiller dans les coins. Bien entendu, le level design, en général très bien pensé dans ce nouveau volet, intègre ces nouveaux paramètres mais sans pour autant en faire une nécessité. Hitman oblige, on peut aussi bien étrangler un garde, lui subtiliser son uniforme et se trimballer au vu et au su de tout le monde plutôt que de jouer les monte-en-l’air en passant par les toits : ces cascades servent avant tout à écarter encore un peu plus l’éventail de possibilités qui s’offrent au joueur, qu’il veuille la jouer en finesse ou plutôt comme une brute, et sur ce point c’est vraiment réussi.

De manière générale, ce quatrième épisode tend à améliorer avec maestria la recette, sans en changer fondamentalement le goût, et tout semble donc plus maîtrisé, plus au point. Le level design mérite à ce titre pas mal d’éloges : les niveaux, riches et bien conçus, s’avèrent aussi variés en termes d’architecture qu’en objectifs et chaque mission s’appréhende donc de façon différente. Io Interactive n’a de plus pas franchement lésiné sur les moyens et les environnements, généralement superbes et très étendus, grouillent de vie, de bruits, d’animation et cela donne une épaisseur supplémentaire très agréable aux contrats que l’on exécute, tout en rendant les calculs sur les emplois du temps de tel ou tel PNJ plus ardus. De quoi passer de nombreuses heures à imaginer les plans les plus tordus, et ce d’autant plus que Io Interactive s’est creusé la cervelle pour autoriser les exécutions les plus gratifiantes aux joueurs suffisamment motivés pour en trouver les clés. Comme souvent, on pourra regretter le manque d’astuce de l’I.A., qui pour le joueur bourrin (même de façon ponctuelle) manquera de challenge, mais la plus grande suspicion des personnages améliore un peu les choses. Côté réalisation, de jolis efforts ont aussi été faits : les niveaux ont beau être de bonne taille et bien remplis, la gourmandise du moteur reste dans la plupart des cas acceptable, tout comme les temps de chargement qu’on voit à peine démarrer sur une bonne machine. Le rendu graphique, bien sympathique, assure l’essentiel sans fioritures et comme d’habitude, les animations du Hitman donnent à l’ensemble une classe bien particulière. Dans cet épisode-ci, c’est cependant l’ambiance sonore qui mène la danse côté ambiance, avec des bruitages très appropriés et des musiques dynamiques qui donnent des frissons dans le dos et rajoutent parfois une bonne couche de stress.

2 commentaires à “HITMAN : Blood Money”


  1. 0 monutopie 29 août 2009 à 17:38

    Bon week-end :)
    *
    Tu carbures en ce-moment !
    Permets-tu une petite remarque ?…Quelques paragraphes faciliteraient la lecture…
    Amicalement

    Dernière publication sur ENSEMBLE : ETE ?...Repos !

  2. 1 jackanddexter 29 août 2009 à 20:12

    Salut et merci pour le com, oui j’y penserais a l’occasion ;) .
    Merci .

    Dernière publication sur Le Vampire Audiophile : Système PC

Laisser un commentaire


Droits D’auteur

Respecter les droits d'auteur. "Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial [...]. Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur jouit, sa vie durant du droit exclusif d'exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayant-droits pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent." Merci de respecter ces lois Matristesse.unblog.fr luttera contre le plagiat et poursuivra éventuellement tout copieur qui persistera à s'approprier les œuvres du blog, son contenue ou le concept. Pour ceux qui tenteraient quoi que ce soit sachez que votre adresse ip n'est pas votre amie...

« Image d’humeur »

« Image d’humeur »

================================ Je suis un rejet, un rejet de cette société! Haïs pour ma dégaine, Haïs pour mes idées! ================================ Ce monde ne laisse pas le choix, Esclave ou Hors-la-loi... ================================

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Bienvenue dans mon monde |
Jenesaisrienmaisjediraistout |
Mes aventures (extra)ordina... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Régime DUKAN
| evil
| légendes et curiositer