Archives pour la catégorie « Tristesse »


123456

Une dernière année de lycée très « calme »….

Après trois ans passé là dedans, j’étais très respecté, j’ai dû y mettre les bouchées doubles, m’affirmer etc.
Mais le jeu en a valu la chandelle, j’allais au lycée avec une petite mobylette que je m’étais acheté en travaillant l’été :)
Je n’avais pratiquement plus d’embrouille ni rien, c’était vraiment agréable.

Vous allez me dire mais alors pourquoi en parler ?

Il y a quelque chose qui à commencer à me ronger, tout doucement, le manque d’amour…
Et oui être seul tout le temps c’est pas ce qui a de mieux pour s’épanouit pleinement.
Surtout cette haine incompressible dans le cœur, la haine contre les autres. Tout ce monde qui semble contre moi.

J’ai donc passé mon année à vraiment avoir les boules d’être seul, les filles ne me regardait même pas.Enfin si, avec un regard fuyant, le genre de regard quand quelque chose vous intimide…

louphuralnt.jpgDonc toute l’année passe lentement, on savourait nos derniers moments avec les copains, on sait qu’on ne se reverrait pas tous.

A la fin d’année à environ 2 ou 3 semaines du bac et à quelques jours de mon anniversaire aussi. (Que viens faire mon annif’ là dedans …)
J’ai mon meilleur ami d’enfance qui à eu la bonne idée de se jeté sous un camion. Il était dans ma classe, il habitait à cent mètres de chez moi.
J’ai donc passé un anniversaire du tonnerre cette année là :/, et l’épreuve du bac avec sa table réservée, vide…
Je parle de lui dans un précédent article, lorsque je rencontrais cette fille, entre les midis.
Je pourrais en parler pendant des heures j’ai fais les quatre cent coups avec : »(
Il me manquait ainsi de l’amour et mon meilleur ami.

La période du lycée se termine, recherche de travail toussa. J’essaye tant bien que ma le garder des contacts qui au fur et à mesure ne me rappelle jamais…

Je me retrouve seul, sans ami, sans amour, sans mon seul et vrai ami….

Une longue descente commence ici, prise de poids, pleurs arrivant régulièrement…. J’alterne période de boulot et chômage, je n’arrive pas à m’y faire, la vie me fais mal, je n’ai aucune motivation…
Me voilà à 20 ans, je n’ai aucun espoir…Le loup en moi semble mourir petit à petit…Le loup disparaissait petit à petit…

Une sale période…

battu.jpgBien décidé à être dur comme de la pierre, je ne cachais pas mon hostilité à tout ceux qui aurais osé me regardé de travers.
Je me suis battu pas mal de fois, me faisant soit plumé violement ou soit je gagnais.
Donc c’était sa ma vie, aller au lycée, prendre de dangereux transport en commun, arriver las bas, fanfaronner tout les jours, faire voir que j’étais là. Je ne passais pas inaperçu avec mon style vestimentaire très appuyé, très marginal en somme.
Ma troisième année de lycée fut vraiment la pire je pense, je n’avais plus de souci dans ma classe (c’était toujours la même classe), mais dans le lycée en lui même, j’ai eu quelques soucis…Beaucoup de nouveaux cette année là, des gens pas très recommandables en faite. Ils formaient des petites bandes pour faire le mariol…
J’étais pas seul mais presque, on trainais toujours à deux ou a trois…
A on avait beaucoup de connaissances dans le lycée mais jamais ces connaissances ne se serais mouillée pour nous.
Donc comme a notre habitude on embêtait personne (je peux vous le jurer), mais vu que ces bandes embêtaient a peu prêt tout le monde, ils ont eu le malheur de se frotter à nous. Enfin surtout à moi :/…
Alors j’en vois déjà qui vont rigoler, parce que je vais dire que je me suis fait péter la gueule plusieurs fois.
Oui mais vous ne croyez pas que c’est facile d’allé chopper un mec tout seul à dix ?
Dix contre uns, j’admirais franchement leur courage quoi …. (Pour ceux qui comprennent rien c’est de l’ironie hein …)

Après quelques péripéties tumultueuses, j’en ai choppées quelques uns, seul à seul par vengeance, et là bien sûr je fonçais. N’allez pas croire que je sais bien me battre, mais quand je suis sur le coup de mon impulsivité, il n’y a pas grand chose qui me résiste, sans m vanter.
Car ce constat n’a rien d’élogieux de toute façon…

Je me souviens d’une fois, on sortait dehors entre deux cours, on avait une heure à attendre.
Tout sérieux que nous sommes on attendait devant la porte du lycée avec ma classe.
Je discutais de moto avec un gars de ma classe justement, on été parti en pleine conversation de passionné, rien d’autre semblait existé.
Quand une voix qui semblait provenir de la bouche d’un funeste imbécile, me demanda pourquoi je le regardais.
Evidement je ne savais même pas qui s’adressait à moi (j’adore la violence gratuite que j’ai subie ce jour là)…
Le mec s’approche de moi (enfin le, les … ils étaient trois). Il m’a mis un coup je voyais tout vert (véridique) et il m’en a mis je ne sais combien. Je n’arrivais pas à me défendre du tout. Mais on voit tout de suite ; le genre de Boubours, ils ont que sa à foutre de la journée sérieux…
Enfin voilà un peu le genre d’histoire qui nous arrivait fréquemment…

Enfouissement de mes sentiments les plus profonds…

Le titre parle de lui même.
Depuis le moment où je n’ai pas pus resté avec cette fille, tout mon caractère, physique et mental, c’est développé à un point où tout le monde avait une appréhension avant de venir me parler.
Je m’enfermais de plus en plus dans la haine des gens et surtout de moi même, je ressentais un certain confort ainsi d’ailleurs. J’étais maitre de tout ce qui m’entourait.
Inspiré la peur aux autres, avait certes des avantages, mais le plus gros inconvénient dans tout sa et je pense que beaucoup l’on déjà comprit, avant de le marquer : l’amour….
Et oui l’amour dans tout sa, j’en ai pas reçu pendant longtemps à cause de tout sa… Enfin j’étais aussi assez timide à se niveau, même si personne n’aurais pût s’en douter.
Oh si j’ai bien faillis avoir des copines une bonne dizaine ou quinzaine de fois, des filles qui semblais attiré par ma personne, mais qui au final avait la trouille de s’engager….
Il y a en une néanmoins que je n’ai pas effrayée, mais au bout d’une semaine et demie environ, je me retrouvais dans les airs en train de chuter, car le copain de sa mère m’avait poussé dans les escaliers de son immeuble.
Il m’avait poussé si fort que j’étais carrément en chute libre … Des amis a moi présent avec moi m’ont rattrapé dans ma chute, sinon je me fracassais par terre purement et simplement.
Je me suis donc retourné et emplit de nervosité et de haine je grimpais les escaliers pour aller frappé se gars qui m’avait poussé en arrière, vive son courage …
Mes amis m’ont agrippé par la ceinture je montais toujours, y’en a un qui a passé tout de même devant moi et ainsi me bloquant complètement il m’était impossible de faire un pas de plus dans cette configuration.
J’ai éclaté, j’ai hurlé tel un guerrier dans les escaliers, on été à celui reliant le RDC et le premier étage, un ami de ma classe habitant au huitième m’entendait hurler…
Les mecs ont été obligé de me tiré jusqu’au lycée car on devait reprendre les cours.
J’étais si énervé que j’ai bien failli me battre plusieurs fois ce jour là, les copains me retenant toujours de toutes leurs forces…
Je commençais à avoir de sérieuses crises d’impulsivités et j’étais incapable de me contrôlé dans ses moments là.
Vous allez me dire que je suis fou, et ben non pas vraiment, c’est tout se que j’avais vécu qui ne voulait pas s’évacuer…
Mais passons ce n’était rien puisqu’après je mettais tout de même calmé et tout rentrait plus où moins dans l’ordre.
Quelques mois plus tard, les copains qui voyaient encore la fille de temps en temps me disaient qu’elle me réclamait. Je n’y suis plus retourné, j’aurais peut être dû…
Je m’étais juré de ne plus jamais aimé qui que se soit…
Donc me voilà à 17 ans plus méchant et plus combatif que jamais, un vrai loup enragé….

loup2enrag.jpg

Des coups de plus en plus dur….

Il ne va pas sans dire, que toute cette rage et cette haine a fait pousser en moi, certaines idéologies. Dont je ne ferais pas étal ici, mais sa à fais naitre chez moi une envie de tout changer.
Bah oui forcément je ne voulais plus être soumis, je voulais que tout changer …
J’ai dû surmonter un coup très dur à la fin de ma première année de lycée, je n’en parlerais pas mais je vous laisse juste le loisir de comprendre pourquoi j’ai réagis ainsi après.

J’ai donc commencé ma deuxième année de lycée, complètement végétatif et triste. Trois mois s’écoulent.
Je rentrais vers 12H30 au lycée, j’avais mangé un casse dalle sur un banc dehors avec mon meilleur ami d’enfance. On rentre dans le lycée prêt d’une demi-heure à attendre qu’il avait.
Mon ami a vu quelqu’un qu’il connaissait donc on va parler avec ce gars là, une fille de la classe de se type, nous rejoignais.
On commence à parler tous ensemble, sauf que moi et la dites fille, on se regardait beaucoup.combatloup.jpg
Comprenant qu’elle avait la même vision des choses que moi cependant, j’étais bien content.
Il a fallut retourner en cours naturellement et quand on a pu sortir en pause, j’ai été la chercher dans la cour.
Chose que je n’aurais jamais faite avant, j’étais très attiré, elle accepta volontiers de me parler et de se détacher de ses copines.
Désormais elle trainait avec nous, on a commencé à être amoureux l’un de l’autre mais très timide. J’ai réussi à me sentir plus fort ainsi. Oubliant presque de la douleur de se qui c’était passé quelques mois auparavant.
Cette jeune fille de 15 ans a l’époque, avais subit un pédophile dans sa famille étant plus jeune… Elle était donc très instable, bien que tout se que j’ai vécu avec elle fut génial, elle a préférée pas continuer plus loin.
Je ne lui ai pas voulu du tout, j’ai eu très mal, pas de m’être fais plaquer, non de l’injustice de ce bas monde, à cause d’une merde qui lui est arrivée, je ne pourrais l’avoir…
Mon cœur s’emplis d’encore plus de haine a ce moment là. Une envie de la venger de son bourreau m’envahit.
Mais je n’ai plus rien faire.
Mon style vestimentaire déjà assez « hard », se radicaliseras encore plus, je devenais agressif au fur et à mesure que le temps passait.
J’ai remarqué que tout se qui me fais mal ne s’évacue pas et là je commençais déjà à saturé à 16 ans…
La crise d’adolescence s’en mêlant, le résultat été plutôt disons incroyable….

Le louvetau que j’étais, grandissais…

Le déclenchement de ma rebellion…

Donc reprenons l’histoire, j’ai donc dû changer de lycée, pour un plus calme.J’arrive dans ce nouveau lycée, j’essaye d’y étudier, de m’intégrer en tant que petit nouveau… Mon problème c’est comme je me laissais trop faire, je commençais à me faire marcher dessus.
Mais il y a eu du changement, un gars dans ma classe s’est prit d’amitié pour moi et à décider de m’aider. Il avait surement dû remarquer a quel point j’étais au bord du gouffre (je le suis toujours d’ailleurs)…
Il habitait la même ville que moi, à une rue de chez moi, mais comme il n’avait pas été dans les mêmes écoles que moi plus jeune, je ne l’avais jamais vu auparavant.
Alors je me souviens, tout les mercredis après midi on n’avait pas cours, j’allais chez lui, il n’y avait personne ; ces parents bossaient. On se fouttait sur la gueule, à la fight club…
Très vite j’ai appris à transformé ma peur en haine !
Si bien qu’une fois je suis arrivé au lycée, on devait avoir sport, et lorsqu’on se changeait dans les vestiaires, yen a toujours un qui venait me voir, se fouttre de ma gueule debout devant moi, me fouttais des claques etc…
Sauf que là au lieu de rien dire comme à mon habitude, j’ai serré les poings.
Chaque coup, chaque moquerie, chaque rire des autres, faisait monter en moi cette haine, jusqu’à une explosion complète de mes nerfs. Je lui ai sauté dessus, avec tellement de rage et avec une rapidité d’exécution exceptionnelle pour un gars comme moi à l’époque. Je l’ai claqué au sol, le frappais de toute mes forces, avant de l’étrangler, le gars avait beau se débattre je ne lâchais pas prise, je voulais le tuer…
Ils se sont mis a trois pour me dégager, des gens qui m’avais jamais rien fait en faite, de bons gars quoi.

 louvetaux.bmp

Depuis ce jour ils ont commencé à me faire moins chier, dés qui yen a qui bronchais je l’insultais ou le frappais, j’étais devenu un louveteau…


123456

Droits D’auteur

Respecter les droits d'auteur. "Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial [...]. Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur jouit, sa vie durant du droit exclusif d'exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayant-droits pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent." Merci de respecter ces lois Matristesse.unblog.fr luttera contre le plagiat et poursuivra éventuellement tout copieur qui persistera à s'approprier les œuvres du blog, son contenue ou le concept. Pour ceux qui tenteraient quoi que ce soit sachez que votre adresse ip n'est pas votre amie...

« Image d’humeur »

« Image d’humeur »

================================ Je suis un rejet, un rejet de cette société! Haïs pour ma dégaine, Haïs pour mes idées! ================================ Ce monde ne laisse pas le choix, Esclave ou Hors-la-loi... ================================

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Bienvenue dans mon monde |
Jenesaisrienmaisjediraistout |
Mes aventures (extra)ordina... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon Régime DUKAN
| evil
| légendes et curiositer